Activités d’enseignement dans le supérieur

Présentation de mes enseignements universitaires:

Littérature du XVIe siècle:

  • L’image de Rome à la Renaissance (L2 – Paris 3)

Ce cours de 4h hebdomadaires, que j’ai donné deux ans de suite, s’adressait aux étudiants de L2 de l’Université de Paris 3. Nous avons travaillé sur Les Regrets de Du Bellay, la partie italienne du Voyage en Italie de Montaigne et Jules César de Grévin. Il s’agissait de rendre sensibles les étudiants à un siècle, des textes et une culture qu’ils connaissaient mal et de leur faire entendre un questionnement et un imaginaire humanistes qui leur étaient d’autant plus étrangers qu’ils se déploient dans toute l’Europe, d’Erasme à Pétrarque, et dans des langues qu’eux-mêmes n’ont guère l’habitude de fréquenter.
Nous avons poursuivi le travail des textes hors des murs de l’Université et au-delà des bornes chronologiques propres au cours lors d’une visite au Louvre. Cette visite sur la peinture des ruines du XVIe siècle au XVIIIe siècle était l’occasion de voir en particulier comment ce qui était dans un premier temps le support d’une réflexion sur le caractère éphémère du pouvoir, sur la translatio studii et imperii et sur la vanité des choses humaines, revêt avec le temps une fonction esthétique propre. Elle se présentait ainsi comme le prolongement des textes d’études ainsi que des documents iconographiques présentés dans le fascicule du cours.

  • Bon prince ou tyran: les représentations du tyran à la Renaissance (L3 – Paris 3)

Ce TD de 4h hebdomadaires s’adressait aux étudiants de L3 de Paris 3, qui n’avaient pas encore suivi de cours sur la littérature du XVIe siècle et qui avaient ici l’occasion d’aborder quatre œuvres et quatre genres de cette époque: Gargantua de Rabelais, Le Discours de la servitude volontaire de La Boëtie, les Discours de Ronsard et Saül le furieux de Jean de la Taille. Une partie du TD était consacrée à des points d’histoire, de philosophie politique et de littérature. L’autre partie permettait aux étudiants d’étudier les textes de près, et reposait sur leur participation active et dynamique. Comme pour le cours des L2 sur « L’image de Rome à la Renaissance », ce cours était l’occasion pour moi de faire aimer un siècle et des textes souvent très mal connus donc mal aimés. Il avait également l’intérêt de proposer aux étudiants des bases de réflexion pour aborder de nombreux textes littéraires des siècles suivants.
Ce TD a été mené en collaboration avec Marie-Madeleine Fragonard (CM) et Nancy Oddo (2e groupe de TD).

  • Colles d’agrégation et de CAPES

J’ai assuré pendant quatre ans des colles d’agrégation à l’Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, d’explication de texte sur programme (Louise Labé, Marguerite de Navarre, Clément Marot) et hors programme. Ces colles, qui étaient publiques, étaient l’occasion de travailler tant sur les textes que sur la méthodologie de l’exercice.
J’ai également préparé les étudiants d’Angers, candidats au CAPES de lettres modernes, à l’épreuve orale d’explication de texte et question de grammaire, sur des textes du XVIe et du XVIIe siècles. Là encore, les colles étaient publiques et étaient l’occasion de travailler collectivement sur les textes ainsi que sur la gestion de l’oral, parfois difficile pour des étudiants qui étaient, pour leur très grande majorité, confrontés à leur premier concours

  • Joachim Du Bellay, Les Regrets (L3 – Université de Saint-Étienne)

 

Littérature d’Ancien Régime

  • Littérature XVIIe-XVIIIe siècles (L1 – Université de Saint-Étienne)

Pascal, Les Pensées et Beaumarchais, Le Mariage de Figaro

  • Littérature du XVIIe siècle (L3 – Université de Saint-Étienne)

Bossuet, Le Carême du Louvre

 

Histoire littéraire et histoire des genres

  • Histoire littéraire (Moyen-Âge – XVIIe siècle) (L1 – Paris 3)

Ce TD d’une heure et demie par semaine s’adressait aux étudiants de L1 entamant leurs études supérieures à Paris 3. Nous nous sommes appuyés sur un livret présentant mouvements littéraires, auteurs, extraits de textes fondamentaux et, le cas échéant, de reproductions de tableaux et de sculptures représentatives des mouvements abordés. C’était également l’occasion pour les étudiants de se familiariser avec les grands textes de la critique littéraire en composant une fiche de lecture sur l’ouvrage critique de leur choix.
Responsable d’enseignement: Nancy Oddo.

  • Histoire et poétique de la poésie (L1 – Université de Picardie – Jules Verne)

Ce TD de 3 heures par semaine constituait le premier volet de l’approche de la littérature par genres développée dans les semestres 1 à 4 à l’Université de Picardie – Jules Verne. Il présentait des éléments d’histoire de la poésie française tout en s’attachant à l’apprentissage et au perfectionnement de l’analyse du texte poétique (mètres et rythmes, énonciation, images, sonorités…). Ce travail était mené en particulier à partir des deux œuvres inscrites au programme principal, sans s’interdire la lecture d’autres œuvres, étudiées en particulier dans le CM d’histoire littéraire. L’objectif était de maîtriser les bases de l’histoire de la poésie ainsi que la méthodologie de l’explication linéaire du texte poétique, orale et écrite. Nous avons travaillé à partir de deux recueils poétiques: les Fables de La Fontaine et Alcools d’Apollinaire.
Ce TD a été mené en étroite collaboration avec Christophe Reffait.

  • Histoire et poétique du roman (XIXe-XXe siècles) (L1 – Université de Picardie – Jules Verne)

Tout comme le TD de poésie ci-dessus, ce TD, qui s’adressait aux étudiants de L1 à l’Université de Picardie – Jules Verne, assurait la lecture suivie de deux œuvres principales. Il permettait de poursuivre l’apprentissage de l’explication linéaire de texte à l’oral (en se tournant cette fois vers la narratologie et la stylistique de la prose) et avait pour objectif de former les étudiants à la dissertation littéraire sur programme. Le travail était mené sur deux œuvres: L’Enfant de Vallès et Un Balcon en forêt de Gracq.
Ce TD a été le lieu d’une expérimentation pédagogique avec un groupe avec lequel j’avais déjà travaillé au premier semestre: parallèlement au cours, un blog de travail a été mis en place afin d’offrir aux étudiants un espace relativement libre de travail et d’échanges. Cela nous permettait de travailler dans un autre cadre que la salle de cours et pour certains étudiants, d’oser poser des questions.
Comme le précédent, ce TD a été mené en étroite collaboration avec Christophe Reffait.

  • Histoire et théorie des genres littéraires (L3 – Université de Saint-Étienne)

Méthodologie

  • Méthodologie de la dissertation sur le genre théâtral (DEUG 1 – Paris 3)

Ce TD semestriel d’une heure et demie par semaine s’adressait aux étudiants de DEUG 1 à l’Université de Paris 3. Il avait pour objectif d’enseigner aux étudiants la méthodologie de la dissertation, en insistant en particulier sur l’analyse du sujet, la problématisation, l’élaboration du plan et la rédaction de la démonstration (articulation arguments / exemples) et des transitions. La partie méthodologique du TD était couplée avec la découverte des principaux enjeux soulevés par le genre théàtral, mis en évidence pour chaque sujet par des exempliers spécifiques.
Responsable d’enseignement: Maryse Vassevière.

  • Méthodologie de la dissertation (L1 – Paris 3)

Ce TD d’une heure et demie par semaine s’adressait aux étudiants qui entamaient leurs études supérieures à Paris 3. Les étudiants et moi travaillions à partir de sujets de dissertation qui portaient sur les différents genres littéraires. Nous analysions ensemble le sujet pour élaborer la problématique, puis les étudiants rédigeaient régulièrement chez eux une introduction ou préparaient un plan. Ces travaux personnels non notés constituaient autant de supports à partir desquels nous réfléchissions collectivement.
Afin que les étudiants puissent repérer les enjeux théoriques, idéologiques et littéraires soulevés par les sujets, nous lisions ensemble préalablement des textes littéraires et critiques. Ces textes leur permettaient aussi d’avoir un fond auquel se reporter et puiser pour élaborer leurs dissertations.

  • Méthodologie de la dissertation (L3 – Université de Picardie – Jules Verne)

Ce cours optionnel s’adressait aux étudiants de L3 à l’Université de Picardie – Jules Verne, soit pour les aider à réussir leurs épreuves d’examen, soit pour les préparer dès à présent aux concours du Capes et/ou de l’agrégation. Il comportait un rappel méthodologique; des modèles magistraux; des entraînements collectifs à l’analyse du sujet, à la problématisation, au plan de dissertation, à la rédaction des paragraphes et des transitions, à l’utilisation d’exemples, à l’introduction et à la conclusion. Le fait de travailler en petit groupe permettait de vraies corrections personnalisées ainsi qu’une participation très active des étudiants.

  • Méthodologie du commentaire composé sur le genre poétique (DEUG1 – Paris 3)

Ce TD semestriel d’une heure et demie par semaine s’adressait aux étudiants de DEUG 1 à l’Université de Paris 3. L’objectif était d’offrir aux étudiants les outils du commentaire composé. Nous avons travaillé à partir de textes poétique, régulièrement mis en perspectives au sein d’exempliers. Ce TD a également été l’occasion de rendre sensibles les étudiants aux liens entretenus par les divers arts et au fond commun qui les unit. Cela a été plus particulièrement mis en œuvre lors d’une visite au Louvre, avec exemplier, qui mettait en évidence quelques sources communes récurrentes de la littérature, de la peinture et de la sculpture, en mettant l’accent sur les Métamorphoses d’Ovide et sur la Bible.

  • Techniques d’expression écrite et orale (L1 – Université d’Angers)

Mis en œuvre dans le cadre du « Plan Licence », ce TD semestriel d’une heure par semaine s’adressait aux étudiants de L1 de l’ensemble de la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université d’Angers. Les étudiants ont été sélectionnés au terme d’un test de début d’année, dont les questions portaient sur des points de grammaire, de syntaxe et de rédaction. Il s’agissait de faire prendre conscience aux étudiants des nombreuses incorrections qui parsèment leurs devoirs et, à l’aide d’exercices simples, de rétablir les normes de la syntaxe française.

  • Méthodologie de la dissertation (L2 – Université de Saint-Étienne)

 

  • Préparation à l’épreuve de CAPES de dissertation (MEEF – Université de Saint-Étienne)

Narratologie et poétique

  • Poétique des textes (L1 – Paris 3)

Ce TD semestriel de 2 h par semaine visait à fournir aux étudiants entamant leurs études à Paris 3 les bases théoriques et les outils d’analyse des textes littéraires dans leurs fonctionnements communs et dans leurs spécificités génériques (roman, poésie, théâtre, argumentation). Outre les outils communs de la rhétorique et de la linguistique de l’énonciation, cet enseignement abordait la poétique du récit (analyse du récit, points de vue narratifs, temporalité romanesque, construction de l’espace, personnage et discours rapporté…), la poétique de la poésie (présentation du fait poétique, initiation à la sémiotique de l’écriture poétique: figures, versification – métrique, prosodie, rimes et effets sonores…), la poétique du théâtre (texte et représentation, double énonciation, langage et enjeux dramatiques, genres théâtraux…).
Responsable d’enseignement: Maryse Vassevière.

  • Textes français (Master professionnel de traduction – Université d’Angers)

« Un jour, en 1979, Alain Finkielkraut m’a longuement interviewé pour le Corriere della sera: « Votre style, fleuri et baroque dans La plaisanterie, est devenu dépouillé et limpide dans vos livres suivants. Pourquoi ce changement? » Quoi? Mon style fleuri et baroque? Ainsi ai-je lu pour la première fois la version française de La plaisanterie. (Jusqu’alors je n’avais pas l’habitude de lire et de contrôler mes traductions; aujourd’hui, hélas, je consacre à cette activité sisyphesque presque plus de temps qu’à l’écriture elle-même.) Je fus stupéfait. Surtout à partir du deuxième quart, le traducteur (ah non, ce n’était pas François Kérel, qui, lui, s’est occupé de mes livres suivants!) n’a pas traduit le roman; il l’a réécrit (…). Il y a introduit une centaine (oui!) de métaphores embellisantes (chez moi: le ciel était bleu; chez lui: sous un ciel de pervenche octobre hissait son pavois fastueux; chez moi: les arbres étaient colorés; chez lui: aux arbres foisonnait une polyphonie de tons […]). Oui, aujourd’hui encore, j’en suis malheureux. Penser que pendant douze ans, dans nombreuses réimpressions, La plaisanterie, s’exhibait en France dans cet affublement!… »
Milan Kundera, Note de l’auteur à la traduction définitive de La plaisanterie (Paris, Gallimard, 1985).

Ce cours de 2 h par semaine, destiné aux étudiants de première année du master professionnel en traduction de l’Université d’Angers, avait pour objectif de rendre les étudiants sensibles aux techniques d’écriture (narratologie, figures du signifiant et du signifié…) et aux effets qu’elles produisent. Nous avons travaillé sur des auteurs français contemporains et ultra- contemporains, afin d’offrir de nouvelles compétences aux étudiants se destinant à la traduction littéraire.

  • Arts et spectacles (L1 – Université de Saint-Étienne)

Langue française

  • Langue française: préparation à l’agrégation (Université de Picardie – Jules Verne et Université d’Angers)

J’ai assuré la préparation à l’agrégation à l’Université de Picardie -Jules Vernes (2008- 2009) puis à l’Université d’Angers (2009-2010) sur les œuvres des XVIe et XVIIe siècles au programme de l’agrégation (Bonaventure des Périers et Théophile de Viau, puis Ronsard et Fénelon).

  • Langue française: préparation au CAPES et Master enseignement (Université d’Angers)

Préparation au CAPES (2009-2010):
Ce CM semestriel de 14 h préparait à l’Université d’Angers les candidats au CAPES. Les étudiants étaient préparés aux question de lexicologie, morphosyntaxe, syntaxe et stylistique, sur des textes des XVIe et XVIIe siècles.

Master enseignement (2010-2011):
Ce CM semestriel de 25 h avait pour objectif de préparer les étudiants inscrits en master enseignement à l’Université d’Angers et se destinant à se présenter au CAPES l’année suivante. Les étudiants étaient ainsi préparés aux questions de lexicologie, morphologie, morphosyntaxe, syntaxe et stylistique, en travaillant sur des textes du XVIIe au XXe siècle, mêlant ainsi une approche synchronique et une approche diachronique de la langue. Par ailleurs, comme lors de l’année précédente, ce cours s’employait à apporter des bases méthodologiques solides aux futurs candidats.

  • Langue française: préparation au concours de professeur des écoles (L2 – Université d’Angers)

Ce TD optionnel d’une heure par semaine toute l’année s’adressait aux étudiants de L2 de l’Université d’Angers se destinant à se présenter au concours de professeur des écoles. Il les préparait à la question de grammaire, en reprécisant les notions grammaticales et en mettant l’accent sur la précision et la rigueur méthodologique. Le TD reposait sur une participation active des étudiants qui bénéficiaient des avantages offerts par un petit groupe. C’était aussi l’occasion pour eux de poser des questions et de soulever les points qui leur posaient habituellement des difficultés, de sorte que, dans la pratique, le public était plus large que celui se destinant au concours de professeur des écoles.

  • Langue française (L1 – Université d’Angers)

Ce TD d’une heure par semaine sur toute l’année était le prolongement du CM de langue française s’adressant aux étudiants de L1 entamant leurs études à l’Université d’Angers. Il permettait de préciser les notions vues en CM, tant par la lecture attentive des textes que par la confrontation des étudiants à des exercices simples d’application.
Ce TD était mené en étroite collaboration avec Pauline Bruley, responsable du CM.

  • Langue française: lexicologie et morphosyntaxe (L2 – Université d’Angers)

Ce CM d’une heure et demie par semaine sur toute l’année poursuivait l’apprentissage de la langue française initié en L1 à l’Université d’Angers. L’année de L2 était centrée sur deux domaines principaux, la lexicologie et la morphosyntaxe. Pour ce second domaine, le premier semestre était consacré au groupe nominal alors que le second semestre portait sur le groupe verbal. Dans la mesure où, contrairement à la première année, ce CM ne s’accompagnait pas d’un TD, les étudiants étaient incités à participer et à poser toutes les questions qu’ils jugeaient nécessaires.

  • Langue française: stylistique (L3 – Université d’Angers)

Ce TD annuel d’une heure et demie par semaine poursuivait l’apprentissage des deux premières années de licence à l’Université d’Angers. L’année de L3 était centrée sur l’apprentissage du commentaire stylistique. Cet apprentissage s’est fait en suivant deux lignes complémentaires: d’une part, l’apprentissage d’éléments indispensables au commentaire stylistique (analyse des temps, des discours ou des figures de style…), d’autre part, leur mise en application, tout d’abord à une micro-échelle, à l’aide de questions ciblées, puis à l’échelle du texte, en laissant aux étudiants une plus grande liberté d’entrée. L’absence de TD a conduit les étudiants à me rendre régulièrement des préparations ainsi qu’à poser toutes les questions qu’ils jugeaient nécessaires.

  • Expression française (L1 Espagnol – UPEC)

Ce TD de 2h par semaine sur l’ensemble de l’année s’attache à rappeler aux étudiants de première année de licence d’espagnol les bases d’une expression correcte. Les étudiants revoient ainsi, en petit groupe, les règles de ponctuation, d’accord et de conjugaison, afin d’aborder sereinement des exercices tels que la version, la dissertation, les exposés et, plus largement, afin d’aborder le domaine écrit avec plus de facilité et de correction.